Home
S'abonner au flux RSS du blogue

Blogue Jazz

Camuz y était
Mulatu Astatke au Club Soda

Avant de s'envoler vers Montreux, Mulatu Astatke et son orchestre étaient à Montréal dimanche dernier, histoire de gracier une dernière fois le Club Soda, pas épargné en concerts mémorables lors du Festival de jazz de cette année.

Camuz y était
Du big band pour finir la semaine

La dernière soirée du Festival international de jazz semble toujours un peu plus laborieuse; le public est fatigué d’une dizaine de journées à voir des shows plus épatants les uns que les autres, et les musiciens font souvent de même lorsqu’ils ne jouent peux eux-mêmes.

Camuz y était
Oliver Jones, grandeur d'âme infinie

Par où commencer ? Par la réponse énergique du public qui avait fait salle comble au Théâtre Maisonneuve ? Par la force des témoignages de ses invités, qui ont joué quelques pièces avec lui sur scène ? Par la densité du spectacle ? Par le sourire qui ne quitte jamais ses lèvres ?

Camuz y était
Vieux sages...

Mon FIJM 2014 se concluait un peu de la manière dont il s'était amorcé, par la rencontre de vétérans aguerris, auréolés de légende à l'Upstairs. On y présentait le Peter Bernstein Quartet, avec ce dernier à la guitare, John Webber à la contrebasse, Harold Mabern au piano, et Jimmy Cobb à la batterie.

Camuz y était
Jeux d'ombres...

Ça fait déjà une semaine que je suis sur un high. Assister à des shows, un soir après l’autre, ça te galvanise un homme. Je carbure à ça. La musique live me rend ivre. Surtout lorsque la qualité est au rendez-vous. Vous allez me dire, ouais, c’est jamais négatif tes « critiques ». Ça viendra. Pour l’instant, je vais voir des concerts m’intéressant. Pas de temps à perdre.

Camuz y était
Jérôme Beaulieu Trio, à tomber en bas de sa chaise

Jérôme Beaulieu et ses acolytes en ont fait du chemin, depuis leur découverte grâce à Jazz en rafale. Ça s’était passé à l’Astral, il y a trois ans. Le 3 juillet dernier, le trio est revenu dans la même salle, non pas devant des curieux, mais bien devant un attroupement de fans.

Suggestion de sortie
Oliver Jones, la sympathique légende vivante

Il fête ses 80 ans en septembre prochain, mais n’a rien perdu de son talent de pianiste ni de son sourire sincère, qui font sa renommée depuis si longtemps. Le Festival de jazz se devait d’organiser un événement digne de ce nom, et il semble que le pari soit tenu.

Camuz y était
Buffet chaud...

« Non, on n’a pas de billet à votre nom… Vous aviez un billet pour le concert d’hier avec Bill Frisell par contre. » Ah ben, géritole, encore ! J’étais au Gesù pour le concert d’Ambrose Akinmusire avec son quintette. Y a dû avoir une erreur de dates, ce n’est pas moi le responsable. Bon, ça arrive, faut croire.

Suggestion de sortie
Badbadnotgood au Club Soda ce samedi

Le trio jazz le plus hip-hop, Badbadnotgood, débarque en ville pour le Festival de jazz, ce samedi 5 Juillet à 23h au Club Soda.

Il représente cette relève qui explose les barrières d'un genre trop souvent confiné, mêlant post-rock, influences et cadences hip-hop avec des touches d'électronica.

Camuz y était
Rafael Zaldivar, chaleur cubaine à Montréal

Cela fait quelques années déjà que Montréal a adopté le Cubain Rafael Zaldivar, qui s’est rapidement taillé une place comme pianiste de jazz, compositeur et improvisateur aguerris. Et même s’il devient un habitué du Festival international de jazz de Montréal, son show mérite toujours un petit détour. Cette année, il proposait un show «Afro-Cuban Revival» à L’Astral le 2 juillet. Difficile d’imaginer quelqu’un de mieux placé qu’un Cubain d’origine pour représenter ce style particulièrement rythmé.

Camuz y était
Deux trios, deux univers...

Bien sûr que mon nom n’était pas sur la liste des réservations, pourtant j’avais reçu confirmation de ma demande pour un billet depuis plus de deux semaines… Je n'allais quand même pas manquer Fred Hersch certain. J’étais déçu.

Camuz y était
Densité...

En sortant du métro, y avait foule sur Bleury. Pas de doute, l'été est bien installé en ville. En me rendant au Gesù, j'ai pu voir sur la télé d'un resto le premier choix du Canadien, Nikita Scherbak, un gros attaquant russe. "Ça pourrait être un coup de circuit" a dit Marc Bergevin, le lendemain dans le journal.